mart

 

Ce blog a pour objectif de présenter mon travail de peintre et de dessinatrice. La présentation de différents articles de presses concernant différentes expositions réalisées dans plusieurs galeries d’art et d’expositions de groupes dans des institutions muséales.

 

 

MARTINE DROIXHE

Peinture & Dessin

 

 Prises de vues de mon exposition de peintures lors de mon exposition à la galerie Monos de Liège.

web-6

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile. 150 cm x 100 cm.

web-2

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile. 160 cm x 100 cm.

web-3

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile. 170 cm x 100 cm.

web-4

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile. 100 cm x 100 cm.

web-5

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile. 100 cm x 100 cm.

3

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile. 100 cm x 100 cm.

 

13

PEINTURE /  Pigment sur papier marouflé sur toile. 160 cm x 100 cm.

12

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile.  5 fois   25cm x 25cm.

4

PEINTURES /  Pigment sur papier marouflé sur toile 100 cm x 100 cm.

6

PEINTURE /  Pigment sur papier marouflé sur toile. 100 cm x 100 cm.

11

 

PEINTURE / Pigment sur papier marouflé sur toile.  5 fois 25 cm x 25 cm.

2 réflexions au sujet de «  »

  1. L’œuvre de Martine Droixhe est à cet égard un bon exemple de ce qui pousse un artiste à radicaliser son propos pour parvenir à une certaine synthèse et à une épure salutaire, en dehors de tout clivage et des modes actuelles. Elle n’est pas la première, tant s’en faut, mais elle participe au mouvement continu, depuis le début du XXe siècle, des peintres qui ont eu l’intuition de la couleur comme élément de base d’un tout au sens philosophique du terme. De par l’exigence constructive de sa réalité tangible, la couleur est, pour l’artiste qui pratique, vit la peinture et en fait son média privilégié, l’élément essentiel qui le guide dans sa recherche artistique. Bien entendu, la monochromie radicale que certains artistes ont été amenés à privilégier récemment est comme la métaphore d’un chemin infini. Certains pensent à la fin de la peinture comme à une impasse, à la fin de l’histoire. Quelques critiques d’art et autres historiens ont écrit dans leurs publications et manifestes la fin de l’histoire et du récit comme la fin des avant-gardes : il n’y a plus rien à explorer, la déconstruction constructive est en marche, le monde ancien est mort, vive le nouveau… Ils se trompent cependant au sujet de la peinture quand ils prétendent que celle-ci doit être dépourvue de métaphysique. C’est peut-être pour eux une façon de continuer la guerre des religions. Bernard-Henri Levy, devant un tableau de Mark Rothko, a eu la sentence suivante : « Devant un tableau de Mark Rothko, on se trouve devant un temple. » Tout à fait subjectif, mais c’est son droit de le prétendre. L’œuvre de Martine Droixhe est parfaitement significative de la réalité d’une dualité présente en son sein. Le choix d’expression qu’elle fait participe d’une lente émancipation de l’esprit et du cœur spirituel. Il ne s’agit pas d’une spiritualité religieuse, mais d’une métaphysique de l’art qui se différencie d’une partie de l’art contemporain. En effet, celui-ci s’oriente vers la sociologie culturelle alors que Martine Droixhe déroule sa vie à travers l’émotion picturale et le travail qui permet de l’atteindre. Sa peinture construit sa vie, parfois autour d’une douleur, puis atteint une récréation de l’âme qui lui confère une métaphysique sensible dénuée de religiosité. Apparaît alors une métaphore, celle de son âme mise au monde à la faveur de la couleur, comme un miroir sublime d’un sang blanc ou coloré. L’art comme construction d’un monde invisible, pourtant tellement nécessaire à celui qui le cherche, est un espace de liberté que l’on doit mériter. Martine Droixhe exerce avec respect et générosité le métier de peintre que lui ont enseigné certains professeurs des Beaux-Arts. L’histoire de l’art, découverte grâce à un enseignant à la fois historien et artiste, et la singularité d’un professeur de peinture très éloigné de son choix esthétique actuel, lui ont permis d’emprunter un chemin personnel et une voie sur laquelle bien d’autres artistes ont marqué l’histoire de l’art avant elle. Et ce sont ces artistes-là, ses pairs, qui, présents à son esprit, lui permettent de faire partie d’un mouvement qui n’est pas près d’être relégué dans l’histoire de l’art. La peinture et la couleur font partie de sa vie d’artiste et accompagnent le déroulement de ses émotions tout au long du temps qui passe.

Laisser un commentaire